Beau comme un van relooké par Boulet. Vous en aviez rêvé ? Ils l'ont fait.

Monsieur Boulet, faut qu’on parle licence CC

Ça fait un moment que je te suis, je suis pleine d’admiration pour ton travail. Mais là, j’ai vu passer des tweets qui causent licence CC. Je me révulse, je me révolte.


MàJ : bon, j’ai quand même pris une volée de bois vert. Donc que cela soit écrit : je ne pense pas que Boulet soit un anti-CC, ni un salaud ennemi des communautés. Il utilise déjà une logique de partage dans son travail. Nous en profitons tous. Selon moi, avec une licence CC, il gagnerait simplement à être un peu plus protégé des pouilleux qui exploitent les artistes. Quand on voit ce que propose le MEDEF pour les intermittents, protéger les créatifs, c’est pas du luxe.

Je pense aussi qu’il a raison d’aspirer à ce qu’on lui demande la permission. Mais ça, ça n’est possible que dans de la relation de personne à personne. Et le net, l’humain, c’est pas sa nature.


Tout a commencé avec des tweets

 

Oui, effectivement, on peut le prendre comme ça. Mais comme tu oublies de penser à ce que tu dois aux communautés, je m’autorise un vieux truc de manipulateur sans scrupule : j’attendais mieux de toi.

(Ouh que c’est pas beau, oui, je sais.)

Pourquoi une licence CC (ou autre, on s’en fout)

Une licence CC vient poser des termes juridiques sur une pratique qui existe de manière irrépressible : la réutilisation de contenus par plein de gens. C’est une façon de reconnaître la réalité du monde dans lequel nous vivons. Il est internetisé jusqu’à la moëlle.

C’est une façon de dire aux personnes qui t’admirent et contribuent à te faire connaître : je vous donne l’absolution, chui correc avec vous, soyez le avec moi.

C’est aussi une façon de te protéger des pouilleux qui essaient d’exploiter ton travail. Avec une licence CC tu as des termes clairs et internationalement reconnus qui disent : nan, t’as pas le droit. Sur cette base, tu peux attaquer peinard.

Je te souhaite un happy end dégoulinant

Voilà. Tout ce que j’espère, c’est que t’arriveras à retrouver l’auteur de la photo et le propriétaire du van. Je verrais bien un happy end à l’américaine avec des super chouettes stickers By Boulet, licence CC BY-NC with all my love. Il y aurait des tas de violons larmoyants qui résonneraient à travers les médias sociaux planétaires, ce serait beau.

Reconnaissons un truc quand même

Est-ce que les licences CC sont faites pour gagner des sous ? Nan, faut pas déconner. Elles peuvent permettre de le faire. Comme le signalait le twittos avec qui tu discutais (Toto de son petit nom, vraiment un gôrs bien), y’a même des modèles économiques.

Mais oui, soyons honnêtes, c’est à la marge. J’le sais, fût un temps je me suis penchée sur la question. Pour gagner des thunes, il faut avoir accès à une très large audience et monter un bizness alimenté par du contenu sous CC, pas produire du contenu sous CC.

PS : j’aurais sans doute dû te vouvoyer monsieur, mais décidément, sur le net, j’y arrive pas. Désolée.

rePS : c’est chaud de respecter la PI sur le net. Exemple, la capture d’écran que j’ai mise en image à la une, elle revient à qui ? Toi qui a créé le dessin ? Le gars qui l’a peint ? Celui qui a pris la photo ?

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Publié par

Geneviève Canivenc

1976 : naissance 1995 : un grand malade accepte qu'elle ait accès légalement à une voiture. 2005 : un groupe de grands malades lui confèrent le titre de docteur. 2012 : elle se lance en rédaction et plein de grands malades acceptent de lui faire confiance. Encore à venir : le meilleur.