Boulet ou la solubilité de la BD dans le numérique

Bédéblog, pas d’erreur, c’est le sieur Boulet qui maîtrise le genre. La culture du numérique, ça le connaît. Il pousse l’art du gif très loin pour évoquer les trajets en voiture, de ceux que nous avons tous fait lorsque nous étions gamins.

Notre Toyota était fantastique
Première vignette de Notre Toyota était fantastique note de Boulet, tous droits réservés

Depuis maintenant quelques années, les éditeurs d’ouvrages “papier” s’arrachent les cheveux sur la dématérialisation. C’est qu’un média (en l’occurrence la BD), n’a pas les mêmes caractéristiques qu’un autre (au hasard, tout ce qui se consulte avec un écran). Alors ça te parle de valeur ajoutay blabla bla, et te saupoudre des trucs interactifs qui n’ont rien à voir avec le steak. Le nombre de clampin à qui il sera possible de faire racheter les intégrales qui dorment déjà dans leur bibliothèque faisant partie de l’équation.

Extrait du "Long voyage", note de Boulet
Extrait de Le long voyage note de Boulet, tous droits réservés

Bon, il faut reconnaître qu’apprivoiser un nouveau média, ça ne s’improvise pas. Le fond, la forme…

Boulet nous avait déjà flingué la roulette de la souris avec “Le long voyage”. Cette fois ci, il s’attaque au gif animé. En 3 cases, il nous (me?) re-balance dans les années 80, lorsque les messages sanitaires n’avaient pas encore envahi nos vies (ah tiens, ça me rappelle quelque chose 🙂 ). La ceinture à l’arrière nous passait encore à 10 000.

Rêverie hypnotique dépourvue de pensée, immersion totale dans la sensation… Leur Toyota était fantastique. Je me rappelle d’une 505, l’espace entre la banquette arrière et les sièges comblé par nos bagages. Mon plus jeune frère dormait dans un ancêtre de nacelle en osier, l’autre calé contre moi, mes yeux suivant l’alternance des lampadaires orangés sur l’embryon d’un périph’ anonyme.

Bref, Boulet, c’est bon, mangez-en. Son blog, c’est par ici, son touitter, par , ses BDs (papier) dans toutes les bonnes librairies sachant que la créativité du monsieur reste fidèle à elle même en toutes circonstances et qu’il vient de publier le tome 8 de ses notes.

/! Warning, la note de licence ci-dessous ne s’applique qu’à mes contenus, pas de bêtise hein?

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Publié par

Geneviève Canivenc

1976 : naissance 1995 : un grand malade accepte qu'elle ait accès légalement à une voiture. 2005 : un groupe de grands malades lui confèrent le titre de docteur. 2012 : elle se lance en rédaction et plein de grands malades acceptent de lui faire confiance. Encore à venir : le meilleur.