Symbole français de la neutralité du réseau (internet)

Neutralité du net, why ?

Et soudain, une inconnue ajoute un décompte avant le prochain vote de la FCC sur le côté de son site ouaib. Pourquoi ?

Un peu d’explications

Définition Wikipédia de la FCC :

“La Federal Communications Commission ou FCC (« Commission fédérale des communications ») est une agence indépendante du gouvernement des États-Unis créée par le Congrès américain en 1934. Elle est chargée de réguler les télécommunications ainsi que les contenus des émissions de radio, télévisée et Internet. La plupart de ses commissaires sont nommés par le président des États-Unis.”

En quoi ça me concerne la FCC ?

Elle influence une part très significative du net à l’échelle mondiale. Si cette partie là bascule, le reste suivra. C’est un peu comme les océans. Techniquement, il est difficile de me sentir concernée par la température à 700m de profondeur dans l’Atlantique nord. Pourtant c’est de là que partent une grande partie des catastrophes naturelles, qui elles me concernent très très fort.

Et donc c’était quoi ce vote ?

Il était question de voter un texte qui protège la neutralité du net. Selon ZDnet :

” Le débat fait rage depuis maintenant plusieurs années, suite à une décision de la justice américaine donnant raison à l’opérateur Verizon qui contestait à la FCC le droit de réguler la façon dont les connexions internet devaient être gérées par les fournisseurs d’accès. La FCC avait penché dans un premier temps pour un texte autorisant les FAI à gérer plus librement leur trafic et les possibilités de monétisations, mais la médiatisation de l’affaire avait conduit durant l’été 2014 à une déferlante de commentaires hostiles sur le site de la FCC, jusqu’à faire crasher leur système de gestion des contenus. ”

La version actuelle du texte place le net sous la protection d’un certain nombre de lois. Voir le discours de Tom Wheeler, Chairman de la FCC sur Wired (en anglais).

“[…] Je soumets à mes collègues les propositions qui confèreront les plus fortes protections jamais envisagées par la FCC pour l’internet ouvert. Ces règles, exécutoires, interdiront l’émergence de services prioritaires payants ainsi que le verrouillage ou la limitation des services et contenus licites.”

(Traduction perso)

Pourquoi ça m’intéresse ?

(Sous titre : pourquoi je serais contente que ça t’intéresse aussi.)

Je ne suis ni une technicienne ni une théoricienne de la neutralité du net. D’autres s’en chargent bien mieux que moi.

J’ai abordé la question par les pieds il y a quelques années. Lors d’une discussion à bâtons rompus avec un “expert marché”, celui ci se mit soudain à toiser l’ignare que j’étais. “Mais bien sûr, me disait-il, que les revenus des FAI doivent se développer ailleurs que sur l’abonnement simple. Ils ont le réseau, c’est eux qui maîtrisent les flux, c’est légitime.

Et moi de me mettre en boule.

Ma cervelle est à moi, et elle sait très bien décider ce qu’elle veut. Je refuse que mon prestataire, mon PRES-TA-TAIRE s’arroge un droit de regard sur ce que je consulte. Or si la qualité d’accès à certaines ressources est dégradée, c’est une façon de me réorienter.

Bonjour Mr le boucher, je voudrais du jambon blanc s’il vous plaît, 3 tranches.

Ah ça ma bonne dame, aujourd’hui c’est andouillette en lot de 12. Sinon il faudra faire le tour de la boutique en sautant sur un pied et en tirant la langue pendant environ 7 minutes 30.

Je ne savais même pas ce que c’était la neutralité du net à l’époque. Par contre j’étais déjà sûre d’une chose. Nous devenons ce que nous faisons de nous-même. Les contenus culturels que nous consultons ou produisons y sont pour beaucoup. Ils sont la source de nos champs des possibles, de nos idées. Il déterminent ensuite de ce que nous devenons : simples joujoux à la merci des flux et reflux de l’existence ou personnes autonomes, indépendantes et maîtresses de leur destin.

Pour moi, accepter que quelqu’un bidouille ce que je vois ou être rendue invisible quand je m’exprime, c’est un renoncement délirant.

Vive l’internet stupide (a.k.a la neutralité du net)

Oui, l’internet doit être stupide. Je ne veux pas qu’il soit intelligent. C’est moi qui le suis, et je choisis ce qui arrive jusqu’à chez moi par mon tuyau. J’exige de pouvoir choisir ce qui arrive à chez moi par mon tuyau sans aucune interférence. Idem, j’exige de pouvoir balancer ce que bon me semble, toujours par la même chemin.

La FCC a bougé sa position sur toute l’année 2014 grâce au bordel qu’ont foutu des millions de gens sur le net. Je trouve important aujourd’hui d’ajouter mon fifrelin et dire : “Oui les gens, c’est dans cette direction que nous devons aller, je suis ravie de la tournure que prennent les choses”.

MàJ : victoire

Le compteur s’est changé en annonce de la victoire. Pour plus d’infos voir ce papier du Monde.

Extrait :

“Les cinq commissaires qui dirigent la FCC ont considéré par trois voix contre deux que l’Internet américain devait désormais être considéré comme un « bien public » au même titre que le réseau téléphonique, ce qui donne à la Commission le pouvoir de faire appliquer la neutralité d’Internet sur le territoire américain.”

Pour plus d’actu, c’est là-bas que ça se passe : Battle for the net.

Quelques ressources pour ceux qui ont envie de se documenter sur la neutralité du net :

Wikipédia : neutralité du réseau

Le site de la quadrature du net

Une conférence de Benjamin Bayart dont j’avais déjà parlé ici ou là. Oui, elle est très partisane. Mais elle mérite d’être réfléchie.

Image à la une : « Symbole de la neutralité du réseau en français » par Camilo SanchezTravail personnel. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

Publié par

Geneviève Canivenc

1976 : naissance 1995 : un grand malade accepte qu'elle ait accès légalement à une voiture. 2005 : un groupe de grands malades lui confèrent le titre de docteur. 2012 : elle se lance en rédaction et plein de grands malades acceptent de lui faire confiance. Encore à venir : le meilleur.