How to : vivre en harmonie sur Twitter

Sur Twitter, on trouve le meilleur comme le pire. Ô rage, Ô désespoir, il semblerait que le pire fasse partie du “How to” devenir influenceur. Et les wannabe influenceur, ça ne manque pas.

Soit, filtrons à la source et soignons les followers de qualité.

Oui, je sais, aux yeux des community managers fous de Twitter, je suis et resterai une #TAAA (Twittos Antisocial Ascendant Autiste). J’assume.


Vivre en harmonie sur Twitter

les 10 commandements du #TAAA

0% back je followerai

Si je suis un compte, c’est parce qu’il peut m’intéresser. J’veux du contenu moi, et du bon. Alors ton +1 dans mes abonnés, s’il doit me coûter de me taper de la boue, c’est niet.

Des spammeurs d’auto-promo sans pitié me désabonnerai

Oui, okay, tu as sorti ton livre/ton papier/tu donnes un spectacle, c’est bon, j’ai compris. Même en admettant que je sois passée à côté une ou deux fois, faut pas pousser. Sans nouvelle actu sur le sujet, passés quelques rappels, stop.

Les listes imbuvables de #FF j’ignorerai

Vous en avez tous vu de ces tweets blindés de #FFB @duschmol CC RT hein? Désolée, je ne suis pas encore capable de lire directement dans la matrice. Indice : si un tweet apparaît à plus de 80% en bleu, c’est mort.

(Désolée pour la pauvre victime, choisie au hasard.)

Les #FF à des comptes qui me plaisent vraiment je réserverai, avec présentation siouplait

Si dans une soirée quelqu’un vous tend une page d’annuaire, vous en faites quoi vous? Perso, au mieux, je cale la porte avec. Sur Twitter, c’est pareil. Si j’ai envie de faire connaître quelqu’un, alors je me fends d’une petite phrase.

Un twittos en action (là c’est le #FF ultime, il faut le dire) :

Les bots à mass follow/unfollow j’éviterai

Machin vous suit en mode guirlande de Noël c’est pénible.

RT plize paske cé mn aniverssère je snoberai

●¸.•*¨Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ¨*•.¸● Nannif kan mm, sa vien du ♥ !●¸.•*¨Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ¨*•.¸●

Fun, claire et informative ma timeline je conserverai

Sérieux, expliquez moi comment suivre 5000 comptes sans se retrouver face à un ramassis de grand n’importe quoi ? Ou alors… oh, en fait vous ne lisez rien !

Du contenu dans mes tweets j’intègrerai

Vous les écoutez longtemps vous les gens qui parlent pour ne rien dire?

Le personal branling avec parcimonie j’userai

Quand on met son égo en avant, autant que ça présente un intérêt pour un potentiel auditoire.

Les personal branleurs égotrippés au dernier degré je zapperai

En fait, ce que t’as mangé au ptit dej’ et le nombre de RT que t’as eu, je m’en fous. Fun, clair et informatif on a dit.


À bien y regarder, cela ressemble à une déclaration d’amour pour les gens que je followe. Oui, toi qui voit le ptit bouton “abonné” dans ton interface Twitter en vérifiant mon profil, sache-le, tu me plais.

Toi qui ne le voit pas, et bien, c’est évidemment dû au fait que je ne te connais pas encore ! (oups?)

Entre vrai échange avec une communauté et manipulation éhontée de son cyber-prochain, perso mon cœur ne balance pas. Mais ça a des conséquences. À moins d’être très en vue dans la vraie vie, les masses ne se rueront pas pour boire vos paroles. Est-ce si grave?

(Eh, au fait, j’ai un secret à vous révéler. Le fait que vos tweets s’affichent et le fait qu’ils sont lus sont 2 choses très différentes. Vous voyez votre empire de followers ? Foutez-vous bien un truc en tête :  ils sont aussi attentifs à votre personne que ce que vous l’êtes envers eux.)

Avis aux wannabe influenceurs qui cherchent un guide pour accumuler les followers sur Twitter, spa dur : faites strictement l’inverse et surtout, surtout, oubliez moi.

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Image à la une : Tel Aviv street art, Yaffa Phillips, Whistling in the Dark, licence CC-BY-SA 2.0, disponible sur Flickr.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publié par

Geneviève Canivenc

1976 : naissance 1995 : un grand malade accepte qu'elle ait accès légalement à une voiture. 2005 : un groupe de grands malades lui confèrent le titre de docteur. 2012 : elle se lance en rédaction et plein de grands malades acceptent de lui faire confiance. Encore à venir : le meilleur.